New Deal

Projet de commande à des artistes locaux

Sophie Rogg, Fatma Cheffi, Julia Varga, Caroline Lionnet

Appel à candidature → Atelier d’écriture avec Fatma Cheffi

Des ateliers d’écriture ouverts à des personnes issues de l’immigration postcoloniale. À partir de textes d’auteurs et autrices, d’extraits de musique et d’images, des exercices d’écriture sont proposés dans un cadre bienveillant, où chaque personne écrit et partage ses mots selon ses envies.

L’idée est simple : détricoter ce que nous pensons savoir de l’autre, qu’il soit _blédard_ ou descendant d’immigrés. Déplier les fantasmes et les imaginaires liés à des langues, des populations, des pays, etc. Leur donner plus d’épaisseur, rétablir leurs complexités intrinsèques.

Langues : langues parlées par les participantes et participants.

Renseignements et inscriptions → i.nicolas@lacommune-aubervilliers.fr

Dans l’esprit de celui initié par Roosevelt pour faire face à la Grande Dépression, La Commune et ses artistes associés ont lancé leur projet New Deal. Il s’agit d’une commande artistique à plusieurs artistes locaux, dans le but de travailler auprès de la population sur des projets pluridisciplinaires, et de raisonner à échelle locale suite à la crise sociale et sanitaire. La bourse a été attribuée à ces quatre artistes :

  • Sophie Rogg : Dessin, BD
  • Fatma Cheffi : Ecriture
  • Julia Varga : Documentaire
  • Caroline Lionnet : Photographie et Performance

 

Caroline Lionnet
développe un travail qui s’inspire à la fois de la photographie et notamment du photojournalisme, et de la performance issue de la tradition américaine (Steve Paxton). Caroline veut aller dans les rues d’Aubervilliers à la rencontre d’habitants avec comme question : « Comment faire avec ? ».  Comment les gens font-ils avec… La situation, la crise, le trouble…
A l’aide d’un studio photo ambulant elle proposera à des personnes rencontrées de se « mettre en scène » dans son studio photo ambulant et essaiera de constituer un groupe ensuite avec ces personnes pour mettre en places des situations de performances dans l’espace public autour d’un nouveau rituel reliant « la vulnérabilité » et « le rassemblement ».

Fatma Cheffi
est curatrice et développe un travail d’écriture à partir de la dysglossie et plus généralement du multilinguisme et de la domination linguistique. Elle va travailler avec un groupe de jeunes autour du Rap à partir d’ateliers d’écriture. Elle souhaite faire aboutir ce travail d’écriture par une édition des textes.

Sophie Roog
est dessinatrice et habite dans une tour en face du théâtre. Son travail de BD s’inscrit dans la démarche de l’auto-fiction. Elle a déjà traité de la vie des quartiers avec la violence des rues, de la police et des phénomènes de gentrification. Elle voudrait travailler à partir de la vie qu’il y a dans son immeuble. Inviter ses voisins et tous ceux qui travaillent dans l’immeuble (agents d’entretien, concierge etc…) à venir échanger chez elle dans son salon. A partir de cette matière Sophie dessinera ces histoires. Elle mettra en place en parallèle à cela des ateliers de dessin à destination des jeunes.

Julia Varga
est documentariste. Elle a déjà réalisé un documentaire il y plus de 10 ans dans le quartier des Quatre Chemins sur une maison de quartier qui accueillait des jeunes. Elle voudrait aujourd’hui mettre en place un processus de recherche. Il s’agirait de partir à Aubervilliers à la rencontre de plusieurs milieux hétérogènes. A chaque fois la rencontre serait guidée par la question : qu’est-ce que vous souhaiteriez changer ? Cette première phase de travail documentaire servira de base pour alimenter un moment d’échange entre les personnes rencontrées, les différents artistes associés au Théâtre et son équipe ainsi que des représentants de la vie publique de la ville. A partir de ces échanges le film documentaire continuera de s’élaborer et de se construire.

Défiler vers le haut