SPECTACLE

C’était un samedi
Μέρα Σάββατο

de Dimitris Hadzis, Joseph Eliyia, Irène Bonnaud

avec Fotini Banou (jeu, chant)

DU 9 AU 12 DÉCEMBRE 2020

MER, JEU À 19H30, VEN À 20H30, SAM À 18H
DURÉE ESTIMÉE 1H30
SPECTACLE EN GREC SURTITRÉ

GRANDE SALLE

© Dimitris Alexakis

C’était un samedi, en 1944, dans la ville grecque d’Ioannina. L’une des plus anciennes communautés juives du continent européen – ni ashkénaze, ni séfarade, mais « romaniote » – fut massivement déportée par la Wehrmacht dans le camp d’Auschwitz. Dans le sillage de Guerre des paysages, Irène Bonnaud fait de la Grèce l’ombre portée de notre histoire. À la croisée du documentaire, de la musique et de la littérature, ce théâtre de la mémoire puise dans les traditions musicales de l’Épire, comme dans les témoignages des rescapé.e.s pour exhumer les rêves enfouis dans le passé et conjurer les cauchemars des vivants. Mais qui d’autre que l’écrivain Dimitris Hadzis, militant communiste et natif d’Ioannina, pour nous rassembler autour de ce récit ? De son recueil de nouvelles La Fin de notre petite ville, et en particulier celle intitulée « Sabethaï Kabilis », le spectacle retient l’entrelacement de deux trajectoires intimes avec la terrible destinée de cette communauté. Dans un contexte vif de lutte des classes, le rapport que Sabethaï Kabilis, notable, scelle avec son presque fils adoptif Joseph Eliyia, prof de français, poète, militant communiste et traducteur de la Torah, symbolise tout autant une relation père-fils impossible qu’un destin collectif. C’était un samedi donne à entendre leurs voix, puisque les deux protagonistes ont réellement existé, ainsi que, dans une chronique écrite par Irène Bonnaud, celles des quelques rares survivant.e.s déporté.e.s. Il nous plonge également dans le souvenir mélancolique d’un monde pratiquement disparu, et la beauté de ses élégies.

et aussi…
→ Mercredi 9 décembre, la représentation sera suivie d’un échange avec l’équipe artistique.

textes Dimitris Hadzis, Joseph Eliyia, Irène Bonnaud 

mise en scène Irène Bonnaud 

avec Fotini Banou (jeu, chant)

 

scénographie (sculptures) Clio Makris

lumière Daniel Levy

collaboration artistique Angeliki Karabela, Dimitris Alexakis

traduction grecque Fotini Banou 

régie générale Yannis Zervas

 

production déléguée KET / TV Control Center – Athènes

co-production Scène Nationale Châteauvallon-Liberté, Théâtre national de Nice

avec le soutien de l’Institut français de Grèce

À découvrir aussi à La Commune

rencontres chorégraphiques de Seine-Saint-Denis

Passionnément
de Maxence Rey

6 ET 7 NOVEMBRE 2020
spectacle
spectacle
Défiler vers le haut